obligation


obligation

obligation [ ɔbligasjɔ̃ ] n. f.
• 1235; lat. jurid. obligatio, de obligare
1Dr. Lien de droit en vertu duquel une personne peut être contrainte de donner, de faire ou de ne pas faire qqch. ( créancier, 1. débiteur). Obligation alimentaire. (lat. in solidum « au tout ») Obligation « in solidum », qui lie plusieurs personnes vis-à-vis d'une ou plusieurs autres. — Spécialt Dette créée par un lien juridique. Contracter une obligation. S'acquitter d'une obligation. Extinction d'une obligation (prescription). Obligation conditionnelle, conjointe; obligation de moyen, de résultat.
Acte authentique portant une obligation, notamment acte par lequel on se reconnaît débiteur. Obligation cautionnée : titre souscrit par une personne physique ou morale et avalisé par la caution d'un organisme financier pour garantir à l'administration le règlement ultérieur de droits de douane, d'impôts, de taxes dus. ⇒aussi acquit-à-caution, traite. (1720) Fin. Titre représentatif d'un emprunt à long terme émis par une personne morale et donnant droit à son détenteur de percevoir un intérêt annuel (généralement fixe mais parfois indexé) et au remboursement de la somme ainsi avancée à une échéance déterminée. emprunt, rente, valeur (mobilière); 2. action, certificat (d'investissement); euro-obligation. Émission d'obligations par l'État. Épargnant qui souscrit à une obligation. Porteur d'une obligation. obligataire, titulaire.
2(XVIe) Cour. Lien moral qui assujettit l'individu à une loi religieuse, morale ou sociale; prescription constituant la matière d'une loi de cette nature. Remplir les obligations de sa charge. Faire honneur, satisfaire; manquer, se soustraire à ses obligations. engagement, promesse, serment. « Nous naissons chargés d'obligations de toute sorte envers la société » (Comte). Obligations professionnelles. responsabilité. Obligations militaires. Obligations fastidieuses. corvée , servitude, sujétion. Se créer des obligations. Obligation morale, ou obligation : caractère impératif que revêt la loi morale. ⇒ 2. devoir, impératif. « Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction », ouvrage de Guyau.
3Obligation de (et inf.) :le fait d'être obligé, contraint de (faire qqch.). ⇒ nécessité. L'obligation d'avoir recours à un interprète, d'emprunter de l'argent. Se voir, se trouver, être dans l'obligation de faire qqch. obligé. (Et un nom) Jeu sans obligation d'achat.
4Vieilli Lien moral qui attache à la personne dont on a reçu un bienfait, et qui crée un devoir de reconnaissance ( obligé, 2o ). Avoir à qqn de l'obligation, bien des obligations. Je ne veux point « demeurer redevable à mon ennemi, et je lui ai une obligation dont il faut que je m'acquitte » (Molière).
⊗ CONTR. Dispense, grâce, liberté.

obligation nom féminin (latin obligatio, -onis) Devoir, contrainte imposés par des règles morales, des lois sociales ; impératif : Ce n'est pas une obligation de les inviter tout de suite. Contrainte imposée par les lois, les règlements : Obligation de résidence pour un enseignant. Lien de droit par lequel quelqu'un est tenu de faire ou de ne pas faire quelque chose. Nécessité imposée par une situation contraignante quelconque : Partir était pour lui une obligation. Littéraire. Sentiment ou devoir de reconnaissance envers quelqu'un. Titre de créance négociable, représentant une fraction d'un prêt à intérêt consenti à une société privée ou à une collectivité publique lors de l'émission d'un emprunt (dit emprunt obligataire). ● obligation (citations) nom féminin (latin obligatio, -onis) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 La morale consiste à se savoir esprit et, à ce titre, obligé, absolument ; car noblesse oblige. Lettres sur la philosophie de Kant Flammarion Henri Bergson Paris 1859-Paris 1941 Un être ne se sent obligé que s'il est libre, et chaque obligation, prise à part, implique la liberté. Les Deux Sources de la morale et de la religion P.U.F. Simone Weil Paris 1909-Londres 1943 Une obligation, ne serait-elle reconnue par personne, elle ne perd rien de la plénitude de son être. L'Enracinement Gallimard Simone Weil Paris 1909-Londres 1943 Un homme qui serait seul dans l'univers n'aurait aucun droit, mais seulement des obligations. L'Enracinement Gallimardobligation (expressions) nom féminin (latin obligatio, -onis) Fête ou jeûne d'obligation, fête ou jeûne qui est de précepte. (Depuis le Concordat de 1801, il existe quatre fêtes d'obligation : Noël, l'Ascension, l'Assomption et la Toussaint. Depuis 1966, le jeûne d'obligation est réservé au mercredi des cendres et au vendredi saint.) Obligation scolaire, nécessité imposée légalement aux enfants de fréquenter un établissement d'enseignement pendant un nombre d'années déterminé. (En France, elle est fixée de 6 à 16 ans.) ● obligation (synonymes) nom féminin (latin obligatio, -onis) Devoir, contrainte imposés par des règles morales, des lois sociales ;...
Synonymes :
- nécessité
Contraires :
- faculté
- liberté
- possibilité
Nécessité imposée par une situation contraignante quelconque
Synonymes :
- corvée
- impératif
- loi
- règle
- tâche
Contraires :
Littéraire. Sentiment ou devoir de reconnaissance envers quelqu'un.
Synonymes :

obligation
n. f.
d1./d Ce qui est imposé par la loi, la morale ou les circonstances. Satisfaire à ses obligations familiales et professionnelles. être dans l'obligation de déménager.
|| RELIG CATHOL Fête d'obligation, qui comporte les mêmes obligations que le dimanche.
d2./d DR Lien astreignant à effectuer une prestation ou à s'abstenir d'un acte déterminé. Obligation alimentaire entre parents.
Par ext. Acte par lequel une personne s'engage à faire ou à ne pas faire qqch. Souscrire une obligation.
d3./d FIN Valeur mobilière négociable qui donne droit à des intérêts.

⇒OBLIGATION, subst. fém.
A. DR. [Correspond à obliger A 2]
1. DR. CIVIL. ,,Lien de droit par lequel une ou plusieurs personnes déterminées sont tenues, en vertu d'un contrat, d'un quasi-contrat, d'un délit, d'un quasi-délit ou de la loi, envers une ou plusieurs autres, également déterminées, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose`` (CAP. 1936). Toute obligation contractée par le mari à la charge de la communauté (...) sera déclarée nulle, s'il est prouvé d'ailleurs qu'elle ait été faite ou contractée en fraude des droits de la femme (Code civil, 1804, art.271, p.51). Créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international (Charte Nations Unies, 1946, p.61). Obligations imposées par la législation en vigueur (Réforme hospit., 1959, p.13).
Obligation légale. ,,Obligation imposée par la loi à une personne de faire quelque chose`` (BARR. 1974). Quand on lit des lignes enthousiastes sur le pneumothorax, on ne peut s'empêcher de craindre qu'un jour viendra où il y aurait obligation légale de faire tel ou tel traitement (BIOT, Pol. santé publ., 1933, p.27).
a) [Du point de vue de ses conséquences, de ses effets]
Obligation civile. ,,Obligation dont l'inexécution est sanctionnée par le droit`` (Jur. 1971).
Obligation naturelle. ,,Obligation dont l'inexécution n'est pas juridiquement sanctionnée et qui, par conséquent, ne contraint qu'en conscience`` (Jur. 1971). Si le débiteur d'une obligation naturelle l'a exécutée volontairement, il ne peut ensuite demander le remboursement (LEMEUNIER 1969).
b) [Du point de vue des modalités qui l'affectent]
Obligation alternative (v. ce mot B 2).
Obligation conditionnelle. ,,Obligation dont l'existence dépend de la réalisation d'une condition`` (BARR. 1974).
Obligation conjointe. ,,Obligation qui se divise de plein droit entre les créanciers ou les débiteurs, de telle sorte que chaque créancier ne peut exiger que sa part ou que chaque débiteur ne peut être poursuivi que pour sa part de dette`` (Jur. 1971).
Obligation facultative. ,,Obligation ayant un objet unique, le débiteur pouvant toutefois se libérer en effectuant une autre prestation`` (Jur. 1971).
Obligation indivisible. ,,Obligation qui ne peut être exécutée qu'en entier, soit que la nature de l'objet dû interdise toute division de cet objet, soit que les parties aient convenu que celui-ci ne pourrait pas être divisé`` (CAP. 1936). Chaque héritier du créancier peut exiger en totalité l'exécution de l'obligation indivisible (Code civil, 1804, art.1224, p.220).
Obligation solidaire. ,,Obligation dans laquelle sont intéressés plusieurs débiteurs ou plusieurs créanciers qui sont chacun tenus pour le tout ou qui peuvent chacun exiger le tout`` (BARR. 1974).
c) [Du point de vue de sa nature] Obligation alimentaire. ,,Obligation que la loi impose à certaines personnes de fournir à d'autres (époux, parents ou alliés proches) les ressources nécessaires à la vie, si ces derniers sont dans le besoin et si les premières ont les moyens suffisants`` (CAP. 1936).
d) Obligation de + verbe
Obligation de donner. ,,La prestation envisagée consiste à transférer la propriété d'une chose (dare), ou à créer un droit réel sur cette chose`` (BARR. 1967).
Obligation de faire. ,,La prestation promise consiste en un fait positif que le débiteur promet d'accomplir`` (BARR. 1967).
2. DR. ADMIN. [Obligations liées au fonctionnement de diverses institutions] Tous les dirigeants (...) ont opté (...) pour l'obligation de l'assurance maladie (DEBATISSE, Révol. silenc., 1963, p.166). Obligation d'assurance en matière de circulation de véhicules terrestres à moteur (Réforme Séc. soc., 1968, p.29):
1. Les établissements fixent l'étendue de la mission de direction, de conseil et d'orientation des étudiants qu'implique toute fonction universitaire d'enseignement et de recherche et les obligations de résidence et de présence qui y sont attachées.
Loi orient. Enseign. sup., 1968, p.19.
Obligation militaire. Libération de toute obligation militaire:
2. ... il jouit de tous les droits dévolus aux autres citoyens, peut se marier, adhérer à une association sans autorisation. Il reste soumis à certaines obligations militaires (périodes d'exercices, rappel temporaire à l'activité) en cas de nécessité.
LUBRANO-LAVADERA, Législ. et admin. milit., 1954, p.72.
Obligations militaires des salariés. Obligations des salariés qui ont à accomplir leur service militaire légal ou sont rappelés sous les drapeaux (d'apr. LEMEUNIER 1969).
Obligation de réserve. ,,Devoir de loyalisme des fonctionnaires à l'égard de l'État et des autorités publiques`` (FAVR.-VETTR. 1981). L'obligation de réserve exigée du fonctionnaire varie selon sa fonction et son grade. Elle s'exerce tant dans le service qu'en dehors de celui-ci (FAVR.-VETTR. 1981).
Dans le domaine scol. La loi de 1914 sur l'obligation de la fréquentation scolaire, qui a enlevé à la garde du bétail la main d'oeuvre enfantine (MEYNIER, Paysages agraires, 1958, p.132). Leurs élèves seront dispensés de l'obligation primaire (Encyclop. Éduc., 1960, p.71).
Obligation scolaire. ,,Obligation pour les parents d'envoyer leur enfant en classe jusqu'à un âge fixé par la loi`` (BARR. 1974). Ils règlent eux-mêmes leur travail et leur repos dans les limites imposées par l'organisation matérielle de la vie commune, par leurs obligations scolaires et par l'hygiène (Encyclop. éduc., 1960, p.379).
3. DR. NOTARIAL. ,,Acte authentique par lequel une personne se reconnaît débitrice envers une autre d'une somme d'argent à titre de prêt ou autre cause, aux conditions arrêtées dans cet acte`` (CAP. 1936). Signer, souscrire une obligation. Obligation éteinte, prescrite (Ac. 1835-1935). Une obligation n'est pas exécutoire si elle n'est scellée (Ac. 1798-1878). Il lui en a passé obligation par-devant notaire (Ac. 1835-1935). La grosse, la minute d'une obligation (Ac.):
3. Ah! vous êtes cuits. Le vicomte proposera de faire un contrat au lieu d'une obligation, et le docteur fera reconnaître à son bijou de filleule par le mari tout ce qu'il sera nécessaire de donner pour conclure une pareille alliance.
BALZAC, U. Mirouët, 1841, p.139.
4. DR. COMM., FIN. Titre négociable (nominatif ou au porteur) remis par une société ou une collectivité publique à ceux qui lui prêtent des capitaux et réalisent la division du montant total d'un emprunt en coupures d'un même chiffre (d'apr. CAP. 1936). Les obligations d'un emprunt; placement d'obligations; extinction, inexécution d'une obligation; obligation à ordre, au porteur; rembourser une obligation. L'administration connaissait la valeur des fortunes en biens immobiliers, rentes, actions, obligations nominatives. Il lui restait à savoir comment était répartie la masse des titres au porteur: billets et bons à court terme (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p.246):
4. ... la tendance des sociétés de capitaux à préférer la méthode (...) d'émission d'obligations à celle d'émission d'actions s'est renforcée d'autant plus que la charge nette de l'entreprise résultant de la première méthode décroît suivant l'augmentation des taux d'impôts.
Univ.. écon. et soc., 1960, p.48-13.
DR. FISCAL. Le débiteur obligé à fournir une caution doit en présenter une qui ait la capacité de contracter, qui ait un bien suffisant pour répondre de l'objet de l'obligation, et dont le domicile soit dans le ressort du tribunal d'appel où elle doit être donnée (Code civil, 1804, art.2018, p.362). L'allégement plus que proportionnel des obligations fiscales en temps de dépression (...) crée des conditions favorables à une reprise économique (Univ. écon. et soc., 1960, p.48-10).
Obligation cautionnée. ,,Traite par laquelle un contribuable qui a fourni une caution solvable peut se libérer à l'égard du fisc, du paiement de droits de douane ou de taxes sur le chiffre d'affaires`` (BARR. 1974).
Obligation hypothécaire. ,,Cédule garantie par un gage immobilier`` (LEMEUNIER 1969). V. hypothécaire ex.
B. —[Correspond à obliger A 1, A 3] Lien moral, religieux ou social, nécessité ou devoir par lequel on est tenu de faire ou de donner quelque chose. P. méton. [Correspond à obliger A 1] Situation où une action, imposée par les circonstances, apparaît comme la seule possible; cette action, ou la manifestation de cette action. Obligations qui nous incombent; remplir, satisfaire ses obligations; veiller au respect d'obligations. Il y a des familles pour lesquelles le passé porte obligation de l'avenir (DUMAS père, L. Bernard, 1843, I, 3, p.206). L'imagination place l'obligation dans ce qui nous plaît où nous porte intérêt (DELACROIX, Journal, 1853, p.26):
5. [Le savant] devra essayer de déterminer ce qui (...) est ordonné ou interdit, comment les obligations ou les défenses se manifestent (...) et surtout de quelles croyances et de quelles représentations ces obligations et défenses sont solidaires.
LÉVY-BRUHL, Mor. et sc. moeurs, 1903, p.210.
P. exagér., loc. (Être, se trouver) dans l'obligation de. (Être, se trouver) dans la nécessité de. Ils m'ont ri au nez. Je me suis trouvé dans l'obligation de leur faire une scène et de leur dire à voix haute un certain nombre de vérités (DUHAMEL, Cécile, 1938, p.97).
♦[Le suj. désigne un objet] Rare. Un instrument était dans l'obligation d'avoir un manche indépendant lorsqu'il possédait un certain nombre de cordes (GRILLET, Ancêtres violon, t.1, 1901, p.38).
Domaine moral. Obligations familiales. Les obligations d'un père envers ses enfants, des enfants envers leur père (Ac.). Il s'était juré mille fois depuis quatre ans que jamais il n'aimerait. Cette obligation de ne pas aimer était la base de toute sa conduite et la grande affaire de sa vie (STENDHAL, Armance, 1827, p.47).
Obligation morale. Obligation ,,qui ne résulte pas d'une convention, mais de la nature de l'homme`` (LAL. 1968). L'éducation de la volonté conduit tout naturellement l'individu à l'accomplissement de ses obligations morales, envers lui-même et envers la société (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p.280):
6. Voici ce qui se passerait, si j'épousais Solange. Dès les premiers jours, les obligations morales que me créeraient sa tendresse et son dévouement anéantiraient le plaisir que j'aurais de cette tendresse, et l'aide que m'apporterait ce dévouement.
MONTHERL., Démon bien, 1937, p.1259.
Domaine relig. L'Église peut dispenser des obligations qu'elle impose (Ac. 1798). S'acquitter des obligations d'un bon chrétien (Ac.).
Fête, précepte d'obligation (Ac. 1798-1878). Fête, précepte que le croyant est tenu d'observer.
Domaine soc. Obligations professionnelles. Rhétorique pure: la société existe du jour où les individus, communiquant par le travail et la parole, ont consenti des obligations réciproques et donné naissance à des lois et à des coutumes (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.372). Maurice avait un sens très net des obligations sociales. Il mettait (...) l'honneur au-dessus de tout (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p.328). [Le contremaître] n'est pas un agent de transmission passif: il collabore notamment à l'établissement et à la mise à jour du plan de production. Par contre, il convient de l'affranchir de toute obligation paperassière (VILLEMER, Organ. industr., 1947, p.121).
Obligations mondaines. Voilà un garçon qui (...) avait le monde et les relations en horreur. Sa femme (...) l'a condamné pendant dix ans à toutes sortes d'obligations mondaines (A. DAUDET, Femmes d'artistes, 1874, p.15). Ma mère n'avait pas de «jour» et même professait, pour toutes les obligations mondaines, une aversion que mon père ne cessait de lui reprocher (GIDE, Geneviève, 1936, p.1359).
C. En partic. [Correspond à obliger B] Sentiment, devoir, lien de reconnaissance qui nous attache à ceux qui nous ont été agréables ou utiles. Contracter une obligation envers qqn (Ac. 1935). Ah! c'est ce que dit la pauvre madame; elle connaît bien ses obligations envers vous, répondit Mariette (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.157).
Vieilli. Avoir obligation (de qqc. à qqn). Être redevable (de bons offices, de quelque bienfait à quelqu'un). Je lui en aurai obligation toute ma vie (Ac. 1798-1878). Il vous a obligation de la vie (Ac.).
Avoir une, des obligation(s) à qqn. J'ai mille nouvelles obligations à vous et aux vôtres, j'irai au premier moment chez M. Martin le remercier, et puis quand vous serez assise j'irai vous voir (BALZAC, Corresp., 1839, p.747). Nelly: Vous êtes chargé de présenter lady Dumbiky à la reine? (...) Le duc: Oui, c'est une obligation que j'ai au roi (DUMAS père, Laird de Dumbiky, 1844, III, 8, p.85). Quand je dîne à la campagne, j'apporte toujours quelque chose; comme ça, on n'a d'obligations à personne (LABICHE, Pied ds crime, 1866, I, 7, tabl.7, p.331).
Avoir une, des + adj. + obligation(s) à qqn. C'est une nouvelle obligation que je vous ai (Ac. 1798-1878). Je lui en aurai une grande obligation (Ac. 1798-1878). C'est un homme à qui j'ai les plus grandes obligations (Ac. 1798-1878).
SYNT. Assumer ses obligations; être astreint à, se soumettre à des obligations; faire face, faire honneur à des obligations; exemption, libération d'obligations; manquer à, se soustraire à des obligations; être déchargé, dégagé, dispensé d'une/de toute obligation.
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1235 ? [ms. de 1697 d'apr. H. STEIN, Bbg. gén. des cartul. fr. n° 4135] dr. «action d'engager (un bien)» (J. DOINEL, Cartul. de Notre-Dame de Voisins, p.153 ds DELB. Notes mss: sus l'obligation de nos biens meubles et non meubles); b) 1283 «lien de droit» (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1147: cil qui s'oblija nie l'obligacion); c) fin XIVe s. «dette contractée par un lien juridique» (FROISSART, Chron., éd. S. Luce et G. Raynaud, l. 1, §99, t.2, p.2); d) fin XIVe s. «acte authentique portant une obligation» (JEAN CUVELIER, Chron. de Bertrand du Guesclin, éd. E. Charrière, 19676 ds LITTRÉ); e) 1789 dr. comm. «titre négociable» (Le Moniteur, t.2, p.430: des obligations à ordre, avec intérêts à 5 pour 100); 2. 1370-72 «lien moral» (ORESME, Éthiques, éd. A. D. Menut, p.461: l'obligacion que il a vers son filz est aussi comme moral et de amistié); 3. ca 1485 «nécessité, contrainte» (Mistere Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 48739). II. 1370-72 «dette de reconnaissance» (ORESME, op. cit., p.473, note 2). Empr. au lat. obligatio, -onis (dér. de obligare, v. obliger), «lien juridique engageant une personne vis à vis d'une autre», lat. médiév. «mise en gage (d'un bien, à titre de garantie); acte portant obligation; engagement oral; lien moral, contrainte spirituelle» (Nov. gloss.). Fréq. abs. littér.: 1915. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 3538, b) 1293; XXe s.: a) 2191, b)3114. Bbg. GOHIN 1903, p.338. —QUEM. DDL t.16, 17.

obligation [ɔbligɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1235, « acte authentique »; du lat. jurid. obligatio, de obligare. → Obliger.
1 (V. 1360). Dr. Lien de droit en vertu duquel une personne est astreinte envers une autre à « donner, (…) faire ou (…) ne pas faire quelque chose. La partie obligée s'appelle le débiteur; la partie envers laquelle elle est obligée s'appelle le créancier » (Dalloz, Dict. pratique de droit).REM. L'obligation est donc un « rapport juridique entre deux personnes » (Planiol), et comprend à la fois la notion de créance et celle de dette; mais, comme le remarque Lalande, « le plus souvent on ne considère l'obligation que dans le débiteur, et en tant que charge lui incombant ». → Dette.
1 Les obligations dérivent du fait de l'homme ou de la loi. Les premières sont celles qui naissent : 1o des contrats; 2o des quasi-contrats; 3o des délits ou des quasi-délits. Les secondes dérivent de diverses dispositions légales. Ce sont, notamment : l'obligation alimentaire (…) les obligations des tuteurs (…) celles qui existent entre propriétaires voisins.
Dalloz, Dict. pratique de droit, Obligations, 2.
Obligations de donner, c'est-à-dire de transférer la propriété, la possession ou la jouissance. Charge, contrat (cit. 1 et 2), convention. || Obligations de faire ou ne pas faire (par ex. : l'engagement d'un peintre à livrer un tableau, d'un acteur à ne pas se produire sur telle scène). → Bail, cit. 7. || Obligations conditionnelles, soumises à certaines conditions; impossibles ou illicites (→ Cause, cit. 42), casuelles, potestatives, mixtes. || Obligations à terme. || Obligations alternatives. || Obligations facultatives, ayant un objet déterminé, avec la faculté pour le débiteur de payer une autre chose à la place. || Obligations conjointes, solidaires. Solidarité. || Obligations divisibles, indivisibles (cit. 5). Indivisibilité (cit. 2 et 3). || Obligations civiles, celles que le débiteur (au contraire de l'obligation naturelle) peut être contraint d'exécuter par les voies légales. || Obligation naturelle, reconnue par la loi, mais seulement au cas où le débiteur consent à l'exécuter. || Obligation alimentaire. Aliment (cit. 3). || Obligation « in solidum », qui lie plusieurs personnes vis-à-vis d'une ou de plusieurs autres.
Spécialt. Dette créée par un lien juridique. || Contracter (1. Contracter, cit. 2) une obligation. || Avoir une obligation, l'obligation de…, suivi de l'inf. (→ Garantir, cit. 2 et 5; logeur, cit.; mari, cit. 2). Tenir (être tenu de). || Se soumettre à une obligation (→ Gestion, cit. 7). || S'acquitter d'une obligation (→ Hypothèque, cit. 1). || Libération, exemption d'une obligation. Décharge. || Extinction d'une obligation. Prescription. || Inexécution d'une obligation. Délit, faute (cit. 26). || Dommages (cit. 4) et intérêts en cas d'inexécution d'une obligation. || Pièces, écrits contenant ou opérant obligation (→ Détourner, cit. 22). || Se rendre caution (cit. 8) d'une obligation. Garantir. || Obligation de moyen, de résultat.
2 Vous pouvez encore contracter un grand nombre d'obligations, non suspectes, au profit de divers créanciers, qui prêteront leur nom à votre femme (…)
Molière, le Malade imaginaire, I, 7.
(1235). Par ext. Acte authentique portant une obligation; spécialt, Acte par lequel on se reconnaît débiteur envers quelqu'un d'une certaine somme d'argent aux conditions arrêtées dans cet acte. || Faire passer une obligation par-devant (cit. 16) notaire. || Signer une obligation.
(1826). Dr. comm. et cour. Titre négociable représentatif d'un emprunt émis par un organisme public ou une société et assurant au porteur la perception d'un intérêt annuel. || Obligation amortissable, susceptible d'être remboursée par voie d'amortissement. || Obligation ou valeur à lots (cit. 6). || Émission d'actions et d'obligations. || Capital-obligations. || Un paquet de titres et d'obligations (→ Compagnie, cit. 4). || Obligations du Crédit Foncier de France, de la Ville de Paris. || Les assignats furent d'abord des obligations hypothécaires (cit.). || Porteur d'obligations. Obligataire. || Obligations garanties par l'État (→ Épargnant, cit. 2).(1872). || Obligation cautionnée : traite par laquelle un contribuable, après avoir fourni une caution capable et solvable, peut se libérer du paiement de certains droits à l'égard du fisc. || Obligation convertible, échangeable.
3 (…) décédé sans héritiers directs, il laisse toute sa fortune, une vingtaine de mille francs de rentes en obligations trois pour cent, à votre second fils, qu'il a vu naître, grandir, et qu'il juge digne de ce legs.
Maupassant, Pierre et Jean, I.
4 Aurelle conseilla au cabaretier, s'il avait quelques centaines de francs d'économies, d'acheter des obligations de la Défense nationale. — J'en ai déjà pour cinquante mille francs, dit le vieux; pour le reste, j'attends encore un peu.
A. Maurois, les Silences du colonel Bramble, XI.
2 (XVIe). Cour. Ce qui oblige moralement, ce qui assujettit à une loi religieuse, morale ou sociale; prescription constituant la matière d'une loi de cette nature. || L'obligation de qqn (de faire qqch.). || C'est une obligation (morale, sacrée…) pour lui. || S'acquitter des obligations d'un bon citoyen. || Remplir ses obligations, les obligations de son état, de sa charge. Service (faire bien son). || Faire honneur, satisfaire, manquer, se soustraire à ses obligations. || Se faire une obligation de… Religion (fig.). || Obligation de conscience, d'honneur. Engagement, promesse, serment.(Vx). || Une étroite obligation.Obligation impérieuse. || Les obligations qu'impose Dieu, la religion, la foi. Commandement; → Fréquentation, cit. 7; majesté, cit. 14.Fête, jeûne d'obligation, qu'on est tenu d'observer (→ Jeûner, cit. 4). || Cela est d'obligation, de stricte, de large obligation.|| « Nous naissons chargés d'obligations de toute sorte envers la société » (A. Comte, → Homme, cit. 84). || Le citoyen satisfait aux obligations de l'impôt et du sang. Tribut (→ État, cit. 118). || Obligations du métier, professionnelles. Exigence, responsabilité; → Galanterie, cit. 18. || Obligations insupportables, pénibles. Chaîne. || Faire face à des obligations écrasantes. Tâche. || Obligations mondaines (cit. 6). || Obligations qu'impose la politesse, l'étiquette (→ Incognito, cit. 3). || Obligation fastidieuse : que l'on considère comme une corvée, une servitude, une sujétion.
5 (…) quand on vous parle il faut répondre, et si l'on ne dit mot il faut relever la conversation. Cette insupportable contrainte m'eût seule dégoûté de la société. Je ne trouve point de gêne plus terrible que l'obligation de parler sur-le-champ et toujours.
Rousseau, les Confessions, III.
6 (…) votre condition de femme, le rang que vous occupez dans le monde et la fortune dont vous jouissez vous imposent des obligations qu'aucune loi divine ne saurait abroger.
Balzac, Une double famille, Pl., t. I, p. 970.
7 (…) il m'apparut soudain que Dieu plaçait sur ma route une sorte d'obligation et que je ne pouvais pas sans quelque lâcheté m'y soustraire.
Gide, la Symphonie pastorale, p. 13.
8 (…) pressé maintenant de quitter Rumelles, mais habitué à ne pas transiger avec les obligations professionnelles, il attendit que l'effet douloureux fût calmé.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 161.
Morale. || Obligation morale, ou obligation : caractère impératif que revêt la loi morale, prescription constituant la matière de cette loi. Devoir, impératif (cit. 4). || Le sentiment d'une obligation (→ Imposer, cit. 23; inculquer, cit. 8). || L'obligation morale et la notion de justice (cit. 16). || La charité (cit. 5) surpasse toute obligation. || Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction, ouvrage de Guyau.
9 Ce qu'il y a de proprement obligatoire dans l'obligation ne vient donc pas de l'intelligence. Celle-ci n'explique, de l'obligation, que ce qu'on y trouve d'hésitation. Là où elle paraît fonder l'obligation, elle se borne à la maintenir en résistant à une résistance.
H. Bergson, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 95.
3 (1603). Nécessité ( Obliger, 3.). || Obligation de (et inf.) : fait d'être obligé, contraint de (faire qqch.). Nécessité. || L'obligation d'avoir recours à un interprète (cit. 2). || Être dans l'obligation de faire qqch. (→ Inaction, cit. 4; 1. manger, cit. 23). || L'événement m'a mis dans l'obligation d'emprunter : j'ai dû emprunter par la force des choses.
10 La conversation avec Ducatelet a fait faire à ce travail mental un progrès brusque (…) par l'obligation où elle a mis Haverkamp de « jouer » soudain une situation non encore actuelle.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XV, p. 113.
4 (1588, Montaigne). Littér. Dette morale créant un devoir de reconnaissance. || Contracter une obligation envers qqn. || Vouloir s'acquitter d'une obligation, en rendant service à son tour. || « Le trop grand empressement qu'on a de s'acquitter (cit. 8) d'une obligation est une espèce d'ingratitude » (La Rochefoucauld).Vx. || Avoir de l'obligation à qqn (→ Déchirer, cit. 31). || Avoir bien des obligations, d'étroites (cit. 19), d'immenses obligations à qqn (→ Église, cit. 5). || Il vous a obligation de la vie (Académie) : il vous doit la vie. 1. Devoir, redevable. || Je vous en ai beaucoup d'obligation.
11 (…) s'il faut mesurer l'obligation à l'injure, votre reconnaissance (…) est ici ridicule (…) la reconnaissance de l'obligation n'efface point en moi le ressentiment de l'injure (…) Je ne veux point (…) demeurer redevable à mon ennemi, et je lui ai une obligation dont il faut que je m'acquitte (…)
Molière, Dom Juan, III, 4.
12 L'un, ancien maréchal des logis de hussards, avait contracté, à l'armée, envers Luigi, de ces obligations qui ne s'effacent jamais du cœur d'un honnête homme (…)
Balzac, la Vendetta, Pl., t. I, p. 909.
13 Il ne devait pas au penseur une seule idée; mais, à l'homme, il avait la même sorte d'obligation qu'un blessé à celui qui le sauve par la transfusion du sang.
A. Hermant, l'Aube ardente, VIII.
14 (…) afin de ne point se montrer ingrat envers un homme à qui il avait de si grandes obligations (…)
F. Mauriac, la Pharisienne, XIII.
CONTR. Dispense, grâce, liberté. — Amusement.
DÉR. Obligataire.
COMP. Euro-obligation.

Encyclopédie Universelle. 2012.